Transfusion Sanguine

Protocole d'une Transfusion Sanguine

Groupe Sanguin

Comment se passe une transfusion sanguine ?

Les médecins procèdent à une transfusion sanguine pour injecter par perfusion intraveineuse du sang et des dérivés de sang dans le patient après une grande perte de sang (hémorragie), une maladie du sang ou un traitement (chimiothérapie aplasiante).

Mais comment cela se passe-t-il vraiment ?

La phase de préparation de la transfusion

Pour la sécurité du patient, le médecin ou l’infirmière qui fera la transfusion sanguine doit bien se préparer. Il fera une vérification du groupe sanguin du patient et du concentré de globules rouges. Aussi, tous les matériels nécessaires devront être prêts et à sa disposition.

Il y a notamment les produits à transfuser, le transfuseur, le matériel pour la pose de la transfusion, le dispositif de contrôle ultime ABO, le dispositif de contrôles constants (thermomètre et tensiomètre) et le matériel d’hygiène (poubelle, gants, désinfectant…)

Quand tout est prêt, il procédera à la préparation du patient. Il lui expliquera le déroulement de l'acte médical pour le mettre en confiance et lui demandera de prendre ses dispositions avant la pose de la transfusion comme aller aux toilettes par exemple. Après, il évaluera et choisira la voie veineuse pour la transfusion sanguine.

La transfusion sanguine proprement dite

La transfusion sanguine est faite par un médecin, par une sage-femme ou par un infirmier diplômé d’État, mais un médecin doit toujours être présent.

Avant de poser la transfusion, le professionnel de santé doit prendre les constants du patient (pouls, tension artérielle, température…) et les noter dans le dossier de ce dernier. La poche de PSL doit être branchée au dispositif de perfusion pour purger ce dernier, puis la tubulure de perfusion sera connectée à l’abord veineux.

La pose est réalisée dans le respect des procédures d’asepsie, le temps de transfusion doit être lent au début (5 ml/min) puis plus rapide (10 ml/min) si l’aspect clinique du patient le permet. La transfusion doit être lente pour parer à tout risque de problèmes cardiaques ou d’œdème aigu pulmonaire.

Pendant cet acte, il faut que le médecin surveille de près le patient. La surveillance est impérative au moins durant les 15 premières minutes. Après la transfusion, il devra prendre à nouveau les constants du patient. À la fin, le professionnel de la santé retire le dispositif de perfusion connecté au PSL, de clamper la tubulure et de garder l’ensemble pendant au moins 2 heures après l’acte, en cas d’effet indésirable immédiat, il peut disposer du PSL dans les meilleures conditions.

📝 Commenter sur Facebook